Pourquoi il est urgent et vital de voter MCG!

Le ‘baisser de culotte’ pratiqué avec beaucoup de constance et de rigueur par une droite classique complaisante, devant un mandarinat de gauche, de plus en plus avide de pouvoirs et de moyens financiers, explique très largement la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui.

Une dette abyssale, des impôts écrasants, une insécurité et une insalubrité omniprésente, malgré les effets d’annonce émanant des responsables des plus satisfaits, une crise du logement qui fait le bonheur de ceux qui en récupèrent les dividendes sur le plan politique, une précarité de l’emploi et une immobilité endémique, sans compter les nombreux dysfonctionnements, tels sont les délices servis quotidiennement aux genevois.

Notre réalité actuelle nous dévoile un horizon bouché et n’offre aucune perspective d’avenir pour nos forces productives.

Ainsi, il est devenu urgent de mettre un terme à cette dégradation continue de nos conditions matérielles d’existence.

Nous ne pouvons plus nous permettre de faire des compromis. Le courage doit enfin être trouvé d’affronter les forces politiques qui nous nuisent et qui font fuir ceux qui ont largement contribué à faire Genève! Or l’affrontement n’est pas de la compétence d’une droite timorée.

Aujourd’hui Genève a besoin d’une voix forte qui ose barrer la route à ceux qui nous proposent le précipice.

Cette voix forte, seul le MCG nous l’offre.

Le MCG ose affronter, dire non, batailler quand il le faut pour inverser le cours des choses. Il ne cède pas devant la menace d’un recours, d’un référendum ou de la suppression d’un privilège. En ce sens là, le MCG est un parti fier qui force le respect.

Pour s’en convaincre, n’écoutons pas les cancres du ‘politiquement correct’, soit les acharnés de l’absence de tout esprit critique, mais posez vous la question suivante, en toute lucidité: ‘Pouvons-nous continuer comme cela?’. Si la réponse à cette question est non, seul le MCG offre un changement de cap crédible.

Pensez-y le dimanche 6 octobre 2013.

VOTEZ LA LISTE No 9.

RONALD ZACHARIAS-Avocat

Candidat MCG au Grand Conseil

Locataires: Ce que vous devez savoir!!

 

La Gauche a fait voter une loi à Genève qui interdit définitivement à tout locataire de pouvoir se porter acquéreur de son logement, et ce malgré un accord entre le locataire et le propriétaire!

Comme à son habitude, la Gauche a savamment manipulé locataires et opinion publique en 1985, afin de figer le parc locatif et de s’assurer d’un vivier électoral exclusif et d’une dominance politique en matière de logement, au détriment manifeste des intérêts des locataires qu’elle ose encore prétendre vouloir protéger!

Rien d’étonnant pour ces chevaliers du Juste, commutés depuis des décennies sur un mode de nutrition assistée et dont la seule planche de salut semble être de mettre la main dans la poche du contribuable productif pour y prélever de manière ‘légale’, mais néanmoins illégitime, le peu de sous qui s’y trouvent encore.

Ceci étant rappelé, il est aujourd’hui scandaleux de constater que la Gauche, pour les raisons opportunistes sus-évoquées, continue de s’opposer à l’acquisition d’un logement par le locataire en place, qui pourrait ainsi profiter des taux d’intérêts bas d’aujourd’hui et réaliser de SUBSTANTIELLES ECONOMIES POUVANT ALLER JUSQU’A 50% DE SON LOYER ACTUEL!

Si je suis élu, un projet de loi sera aussitôt déposé par mes soins afin que le rêve d’une large partie de la population genevoise puisse enfin se réaliser, avec une mise de fonds propres de seulement 10%!

 RONALD ZACHARIAS-Avocat

MCG-Votez la liste No 9 le dimanche 6 octobre 2013 Grand Conseil et la Liste No 10 pour le Conseil d’Etat.

Pourquoi il est urgent de voter MCG!

Le ‘baisser de culotte’ pratiqué avec beaucoup de constance et de rigueur par une droite classique complaisante, devant un mandarinat de gauche, de plus en plus avide de pouvoirs et de moyens financiers, explique très largement la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui.

Une dette abyssale, des impôts écrasants, une insécurité et une insalubrité omniprésente, malgré les effets d’annonce émanant des responsables des plus satisfaits, une crise du logement qui fait le bonheur de ceux qui en récupèrent les dividendes sur le plan politique, une précarité de l’emploi et une immobilité endémique, tels sont les délices servis quotidiennement aux genevois.

Notre réalité actuelle nous dévoile un horizon bouché et n’offre aucune perspective d’avenir pour nos forces productives.

Ainsi, il est devenu urgent de mettre un terme à cette dégradation continue de nos conditions matérielles d’existence.

Nous ne pouvons plus nous permettre de faire des compromis. Le courage doit enfin être trouvé d’affronter les forces politiques qui nous nuisent et qui font fuir ceux qui ont largement contribué à faire Genève! Or l’affrontement n’est pas de la compétence d’une droite timorée.

Aujourd’hui Genève a besoin d’une voix forte qui ose barrer la route à ceux qui nous proposent le précipice.

Cette voix forte, seul le MCG nous l’offre.

Le MCG ose affronter, dire non, batailler quand il le faut pour inverser le cours des choses. Il ne cède pas devant la menace d’un recours, d’un référendum ou de la suppression d’un privilège. En ce sens là, le MCG est un parti fier qui force le respect.

Pour s’en convaincre, n’écoutons pas les cancres du ‘politiquement correct’, soit les acharnés de l’absence de tout esprit critique, mais posez vous la question suivante, en toute lucidité: ‘Pouvons-nous continuer comme cela?’. Si la réponse à cette question est non, seul le MCG offre un changement de cap crédible.

Pensez-y le dimanche 6 octobre 2013.

VOTEZ LA LISTE No 9.

RONALD ZACHARIAS-Avocat

Candidat MCG au Grand Conseil

 

Dédiés inutilement à Genève depuis bien trop longtemps…

La droite classique a déçu, de plus en plus déconnectée de sa base, elle en paiera le prix fort le 6 octobre prochain.

Elle est doublement coupable:

1. Par manque de courage politique.

Aucune action efficace n’est venue prendre en charge les essentielles préoccupations des genevois en matière de sécurité (un désastre), de logement (blocage ‘sine die’ de tout projet d’envergure), d’emploi (absence de politique claire et rassurante pour les employeurs, notamment sur le plan fiscal), et de la mobilité (plus la peine de commenter, il n’y a qu’à essayer de se déplacer!).

2. Par manque de fermeté à l’encontre d’une gauche de plus en plus vorace et avide de recettes fiscales afin d’établir une florissante ‘Nomenklatura’ et de pouvoir ainsi fidéliser sa troupe et ses adeptes, assistés pour la plupart.

Ayant ‘gouverné’ avec la compromission et le consensuel comme vertu, nous en sommes arrivés à la sinistre situation actuelle qu’il est inutile de décrire encore, tant elle connue de tous:

Dette abyssale, impôts confiscatoires, crise du logement endémique (pour le plus grand bonheur de la Gauche qui s’en nourrit), emplois précarisés, insécurité persistante et omniprésente, et mobilité ‘réduite’, pour dire le moins!

Cette politique de la compromission nécessaire n’est plus signe de vertu, mais aveu de faiblesse.

A un moment donné il faut avoir le courage d’affronter!

Seul le MCG, critiqué et conspué par certains, car envié de son succès et admiré pour son indéfectible courage politique, prend en compte ces fondamentales préoccupations des genevois et affrontera, sans sourciller, ni compromettre, ceux qui s’opposent à ce que l’intérêt bien compris de la population soit défendu, becs et ongles, de par les grands axes de la vie sociale et économique!

Du courage et des convictions, mais aussi l’amour de Genève, le MCG en a pour nous tous!

OSONS ENSEMBLE LE 6 OCTOBRE!

RONALD ZACHARIAS-Avocat

Candidat à la députation au Grand Conseil

Votez la Liste No 9!

 

Locataires: Devenir propriétaire de votre logement et payer moins, c’est possible!

Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis avocat à Genève et actif dans le domaine de l’immobilier depuis de nombreuses années.

J’ai décidé récemment de me présenter comme candidat à la députation au Grand Conseil lors des élections d’octobre 2013, sous la bannière du MCG, avec comme thème de campagne premier « la faculté pour tout locataire de pouvoir se porter librement acquéreur de son logement, et ce en toute liberté, en dehors de toute contrainte, de quelque nature que ce soit’.

Voyons cela de plus près!

Il faut savoir qu’à Genève, pour pouvoir acheter un appartement, il ne suffit pas qu’un locataire soit désireux d’acquérir et qu’un propriétaire soit d’accord de vendre un appartement à un prix donné. Il faut encore, pour que l’opération puisse se réaliser, que l’état délivre l’autorisation nécessaire à cet effet (cette autorisation n’est délivrée aujourd’hui qu’à des conditions extrêmement restrictives).

Or, dans ma pratique professionnelle, j’ai été approché à de très nombreuses reprises par des locataires qui m’ont fait part de leur souhait de devenir propriétaire de leur logement:

 » A un prix d’environ CHF 4’000.- à CHF 6’000.- le m2, je serais intéressé par l’achat de mon logement, car j’ai calculé qu’en regard des taux d’intérêts courants, je pouvais réaliser de considérables économies par rapport à mon loyer actuel. »

En effet, pour l’une de ces personnes le calcul était vite fait:

Elle s’acquittait d’un loyer mensuel de CHF 1’783.-, plus charges, pour un appartement en ville de Genève, d’environ 92 m2 habitables. Même au prix fort de CHF 6’000.-/m2 en PPE, soit pour un prix d’achat de CHF 552’000.-, son nouveau « loyer » (soit le montant des intérêts hypothécaires et charges, avec un apport de 10% de fonds propres), se serait monté à CHF 1’274.- mensuel, et ce avec une période de visibilité sur 10 ans!

Ce nouveau « loyer » demeurera pratiquement invariable sur toute la période de 10 ans. De plus, l’appartement pourra se valoriser dans la fortune de l’acheteur et être transmis à ses légitimes héritiers.

Le financement de cette acquisition se décomposerait comme suis:

10% de fonds propres apportés par l’acheteur,10% de prêt, au taux premier rang, garanti ou non par hypothèque, avancé par le vendeur (ou éventuellement en faisant appel au 2ème pilier), 80% de prêt hypothécaire bancaire, taux bloqué sur une période de 10 ans (ou 15 ans), selon l’exemple ci-dessus.

Ne l’oublions pas, le logement n’est pas un bien comme les autres.

Posséder son logement correspond à un besoin réellement premier qu’a tout individu de pouvoir mettre un toit au-dessus de sa tête, de manière pérenne, pour sa propre protection et celle de ses proches.

Cela étant, ma question est la suivante: est-il justifiable de priver tous ces locataires de la possibilité d’acquérir et de pouvoir notamment réaliser de substantielles économies (environ 30% dans l’exemple précité), sous le fallacieux prétexte qu’il existe une pénurie de logements locatifs dans le canton, alors que proportionnellement Genève possède le parc locatif le plus important de toute la Suisse, et de loin (environ 85% de locataires)?

Attendu qu’en l’espèce, aucune unité de logement n’est supprimée et qu’il s’agit uniquement d’un changement de statut, l’intérêt privé à l’acquisition doit l’emporter sur l’intérêt qu’à la Gauche à maintenir intact son vivier électoral.

Si je suis élu le 6 octobre 2013, je me ferai fort de déposer un projet de loi dans ce sens afin que le rêve de nombreuses personnes puisse enfin devenir réalité.

 

Ronald Zacharias-Avocat

Candidat MCG à la députation au Grand Conseil

Votez la liste No 9!

Locataires, halte aux hausses de loyers et mettons un terme à la spéculation!

 

En profitant de l’environnement des taux d’intérêts bas, les locataires peuvent économiser jusqu’à 50% de leur loyer actuel en devenant propriétaire de leur logement.

Un apport de 10% de fonds propres suffira aux fins de pareille transaction, soit entre CHF 20’000.- et CHF 60’000.-.

Ainsi plus de situation précaire, plus de hausse de loyer, plus de conflit mais un toit sur la tête de manière pérenne pour sa propre protection et celle de ses proches.

Devenir propriétaire c’est aussi constituer un patrimoine que l’on pourra transmettre à ses héritiers.

Il est vrai que pas tous les bailleurs ne seront d’accord de vendre leur bien et que cette faculté n’intéressera probablement pas tous les locataires concernés.

MAIS IL EST IMPORTANT QUE LORSQUE QU’UN LOCATAIRE SOUHAITE ACQUERIR ET QU’UN BAILLEUR SOIT D’ACCORD DE VENDRE QUE L’OPERATION PUISSE SE REALISER.

IL Y VA DE L’INTERET DU LOCATAIRE ET RIEN NE SAURAIT S’OPPOSER A CELA.

Dès lors, une réforme de la LDTR genevoise s’impose sur ce point afin de fournir un nouveau cadre légal adéquat à ces transactions, pour protéger le locataire et de s’assurer que pareille opération soit librement consentie, en dehors de toute contrainte, de quelque nature qu’elle soit.

Mais il est vrai, qu’en la matière, le droit fédéral veille déjà au grain et empêche toute possibilité d’abus.

Devenir propriétaire de son logement constitue un besoin premier et il n’est plus tolérable qu’un carcan législatif puisse en interdire la réalisation.

Ronald Zacharias-Avocat-Candidat MCG à la députation au Grand-Conseil

VOTEZ LA LISTE No 9.

 

LE MCG, GRAND FAVORI DANS LE COEUR DES GENEVOIS!

Genève va décider de son avenir le 6 octobre prochain.

L’échéance est capitale et le moindre des efforts consistera, en premier lieu, à exercer son droit de vote.

Mais pour qui voter?

La réponse à cette interrogation va dépendre des solutions proposées par les différentes formations aux grands axes de préoccupation que sont à Genève:

La sécurité et la salubrité: Sommes-nous satisfaits de la gabegie actuelle? Est-il acceptable de s’intéresser d’avantage au confort des bourreaux plutôt qu’à celui des victimes?

L’emploi, le logement et la mobilité: Sommes-nous satisfaits de l’état actuel? Comment dégeler la situation, notamment pour les locataires?

La fiscalité/ endettement de l’état: Sans évoquer la dette abyssale, pouvons-nous éternellement continuer à prélever plus, jusqu’à l’étouffement, ou jusqu’à provoquer la fuite des contribuables aisés, ou des employeurs les plus importants du canton?

Après avoir répondu à ces fondamentales interrogations, les solutions proposées par les divers partis se devront de cadrer avec le ‘possible’. Vendre de l’illusion ne fera plus recette. Les genevois sont lassés, aspirent à un langage franc et à des solutions qui s’inscrivent dans le Vrai.

Nous sommes, par ailleurs, tous fatigués de l’impression de ‘marcher continuellement sur la tête’.

Il est avéré que la droite complaisante ne nous propose rien qui ne soit différent de ce qui a causé notre état de dégradation actuel, alors que la gauche se cantonne dans le déni et, avide de privilèges, à l’instar d’une véritable Nomenklatura, se limite à exiger plus de recettes fiscales, jusqu’à l’asphyxie.

Seul le MCG propose un programme politique crédible couvrant ces essentielles préoccupations.

OSONS ENSEMBLE LE 6 OCTOBRE!

RONALD ZACHARIAS-Avocat

Candidat  MCG à la députation au Grand Conseil

VOTEZ LA LISTE No 9

Manif’ de la Gauche pour le logement: ‘Oui aux Grippen, bombardons Cologny’!

Ce slogan porté en banderole par la Gauche bien pensante et par le très vénérable et responsable Parti Socialiste lors de la Manif’ ‘pour le logement’ de samedi, n’a heurté la sensibilité de personne de bon sens.

Normal, les slogans qui incitaient à la ‘haine du riche’ provenaient de ceux-là mêmes qui nous dictent ce qui est Bon, Bien et Juste.

Il n’y a donc pas à s’offusquer.

En revanche, las affiches du MCG….

Plus jamais ça!

La préférence cantonale?

Des relents de nazisme, à bannir!

Je n’ose imaginer la réaction populaire si des banderoles du MCG avaient invité au bombardement des camps ROMS!

Réveillons-nous et osons ouvrir les yeux!

Le 6 octobre, votez MCG, liste No 9.

Dédiés à Genève depuis bien trop longtemps…

La droite classique a déçu, de plus en plus déconnectée de sa base, elle en paiera le prix fort le 6 octobre prochain.

Elle est doublement coupable:

1. Par manque de courage politique, aucune action significative n’est venue prendre en charge les essentielles préoccupations des genevois en matière de sécurité (un désastre), de logement (blocage ‘sine die’ de tout projet d’envergure), d’emploi (absence de politique claire et rassurante pour les employeurs, notamment sur le plan fiscal), et de la mobilité (plus la peine de commenter, il n’y a qu’à essayer de se déplacer!).

2. Par manque de fermeté à l’encontre d’une gauche de plus en plus vorace et avide de recettes fiscales afin d’établir une florissante ‘Nomenklatura’ et de pouvoir ainsi fidéliser sa troupe et ses adeptes, assistés pour la plupart.

Ayant ‘gouverné’ avec la compromission et le consensuel comme vertu, nous en sommes arrivés à la sinistre situation actuelle qu’il est inutile de décrire encore, tant elle connue de tous:

Dette abyssale, impôts confiscatoires, crise du logement endémique (pour le plus grand bonheur de la Gauche), emplois précarisés, insécurité persistante et omniprésente, et mobilité ‘réduite’, pour dire le moins!

Cette politique de la compromission nécessaire n’est plus signe de vertu, mais aveu de faiblesse. A un moment donné il faut avoir le courage d’affronter!

Seul le MCG, critiqué et conspué par certains, car envié de son succès et admiré pour son indéfectible courage politique, prend en compte ces fondamentales préoccupations des genevois et affrontera, sans sourciller, ni compromettre, ceux qui s’opposent à ce que l’intérêt bien compris de la population soit défendu, becs et ongles, de par les grands axes de la vie sociale et économique!

Du courage et des convictions, mais aussi l’amour de Genève, le MCG en a pour nous tous!

OSONS ENSEMBLE LE 6 OCTOBRE!

RONALD ZACHARIAS-Avocat

Candidat à la députation au Grand Conseil

Votez la Liste No 9!